La phrase complexe la subordination fiche pédagogique de langue.

Fiche pédagogique de langue : La phrase complexe, la subordination 

Il s’agit d’une fiche pédagogique d’activité de langue destinée à la classe de 5e et visant l’étude de la subordination dans une phrase complexe.

La phrase complexe la subordination fiche pédagogique de langue entête
Déroulement de la séance

Support :

a-Le chevalier arrive au pied du château qui est bâti sur une roche.

b-Le chevalier comprend qu’il est pris au piège.

c-Quand le chevalier reprend la route, il se dirige vers le monastère.

I.  Phase d’observation:

Après avoir noté les phrases ci-dessus sur le tableau, l’enseignant demande à ses élèves de les observer, ensuite, il leur pose les questions suivantes :

Q : De combien de propositions sont composées les phrases a, b et c ? Sont-elles des phrases simples ou complexes ?
R : Les trois phrases sont des phrases complexes : Chacune est composée de 2 propositions.

Q : Sachant qu’une proposition subordonnée est une proposition qui dépend d’une autre, dite principale, et est introduite par un mot de liaison, distinguez, dans chaque phrase, entre la proposition principale et la proposition subordonnée.
La proposition principale est en noir, et la proposition subordonnée est en rouge :
a-Le chevalier arrive au pied du château qui est bâti sur une roche.

b-Le chevalier comprend qu’il est pris au piège.

c-Quand le chevalier reprend la route, il se dirige vers le monastère.

 Q : Que remarquez-vous par rapport à l’emplacement de la proposition subordonnée dans la phrase?
R : La proposition subordonnée peut se situer avant ou après la proposition principale.

 Q : Relevez les mots de subordination qui introduisent les propositions subordonnées, et identifiez leur classe grammaticale.

Phrase

Mot qui introduit la subordonnée

Sa nature

a

qui

Pronom relatif

b

que

Conjonction de subordination

c

quand

Conjonction de subordination

 

Q : Observez les phrases suivantes. Identifiez dans chacune d’elles les propositions principales et subordonnées. Que remarquez-vous ?

a-Il entendit son réveil qui sonna et qui s’arrêta anormalement.

b-Quand il s’aperçut que son réveil était cassé, il l’apporta chez l’horloger.


R : Dans la phrase a : La proposition principale est : Il entendit son réveil et les propositions subordonnées sont : « qui sonna » et « qui s’arrêta anormalement ». Celles-ci sont coordonnées entre elles par la conjonction de coordination « et ».
Dans la phrase b, d’une part, la proposition « quand il s’aperçut que son réveil était cassé » est subordonnée à la proposition « il l’apporta chez l’horloger », d’autre part, la proposition « que son réveil était cassé » est subordonnée à la proposition « Quand il s’aperçut »

 II.  Phase de conceptualisation:
Après avoir amené les élèves à observer les phrases et à répondre aux différentes questions contribuant à la compréhension du cours, l’enseignant demande  à ces derniers de formuler, d’une manière collective, une synthèse répondant aux questions suivantes :
-Comment distinguer entre une proposition simple et une proposition subordonnée ?
-Quels sont les outils avec lesquels on peut introduire une proposition subordonnée ?
-Quelles relations peuvent-elles exister entre plusieurs propositions subordonnées qui dépendent de la même proposition principale?
-Dans quel cas une proposition peut-elle être à la fois subordonnée et principale ?

Ceci fait, l’enseignant note la leçon ci-dessous au tableau, et demande aux élèves de la noter sur leurs cahiers.

Leçon :

 

-En plus de la juxtaposition et de la coordination, la subordination est un procédé permettant de relier les propositions dans une phrase complexe.

-Une proposition est dite subordonnée quand elle dépend d’une autre proposition, dite principale. La proposition subordonnée ne peut exister seule. Elle peut se situer avant ou après la proposition principale.

-Une proposition subordonnée est toujours introduite par un outil de subordination :

a- Un pronom relatif :

qui, que, quoi, dont, où, auquel, duquel, lequel, à laquelle…etc.

Ex : Il éteint la sonnerie qui vient de se déclencher.

b- Une conjonction de subordination :
que, comme, lorsque, quand, parce que, si …etc.

Ex : Il porte son réveil chez l’horloger parce que la sonnerie est cassée.

c- Un mot interrogatif:

si, comment, quand, pourquoi, où,…etc.

Ex : Il se demande pourquoi son réveil n’a pas sonné.

-Deux propositions subordonnées peuvent être juxtaposées ou coordonnées entre elles.
-Une proposition subordonnée peut dépendre d’une proposition elle-même subordonnée à une autre proposition.


III.  Phase d’application :

 Après que les élèves aient noté la leçon sur leurs cahiers, l’enseignant leur demande de faire, de manière collective, les exercices suivants :

Exercice 1 : Indiquez si les phrases suivantes comportent ou non une proposition subordonnée. Relevez l’outil de subordination.

a- Éva pense que sa tarte est réussie.
b- La pâte est succulente car les ingrédients sont de première qualité. Il s’agit d’une proposition coordonnée par « car », et non pas d’une proposition subordonnée
c- Comme les fruits étaient bien mûrs, il était inutile de rajouter du sucre.
d- La tarte est cuite : nous allons la déguster. Il s’agit d’une proposition juxtaposée à une autre par deux-points.
e-Nous remercions la cuisinière qui est ravie.

Les propositions subordonnées sont soulignées et les outils de subordination sont en bleu.

Exercice 2 : Relevez les propositions subordonnées et soulignez l’outil de subordination.

a- L’alpiniste gravit cette falaise qui mène au sommet.
b- Ce judoka sait qu’il doit donner le meilleur de lui-même au combat.
c- Le deuxième coup que reçoit le boxeur le met KO.
d- Lorsqu’elle nage le crawl, elle arrive toujours la première.

Les propositions subordonnées sont soulignées et les outils de subordination sont en bleu.

Exercice 3 : En utilisant l’outil de subordination indiqué entre parenthèses, transformez les deux phrases simples en une phrase complexe.

a- Le soleil se couche. La lumière du jour diminue. (Parce que)
La lumière du jour diminue parce que le soleil se couche.
b- Il vit un navire. Le navire se dirigeait droit sur l’île. (Qui)
Il vit un navire qui se dirigeait droit sur l’île.
c- Les enfants ramassent les coquillages. La mer a laissé les coquillages sur le sable. (Que)
Les enfants ramassent les coquillages que la mer a laissés sur le sable.
d- La plage est magnifique. Nous nous baignons sur cette plage. (Où)
La plage nous nous baignons est magnifique.

 Exercice 4 : Reliez chaque proposition principale à la proposition subordonnée en utilisant un outil de subordination parmi ceux-ci : parce que, que, où, dès que, bien que.

a- Les légumes que j’ai plantés poussent vite.
b- Dès qu’il arrive, il se met au travail.
c- Bien qu’il y ait du soleil, les températures sont fraîches.
d- L’entreprise je travaille est en pleine croissance.
e-Il est parti rapidement parce qu’il était en retard.

Exercice 5: Complétez les phrases suivantes en inventant une proposition principale.

a-Lorsque la famille partait au supermarché, la mère faisait la liste des courses.
b- Son père, qui venait de régler la caissière, poussa le caddy jusqu’à la voiture.
c- à l’instant même où il remplissait le coffre, il renversa un sac.
d- Quand ils arrivèrent enfin à la maison, ils déposèrent toutes les provisions dans l’entrée.

IV.  Phase de prolongement :

 L’enseignant demande aux élèves de faire l’exercice suivant à la maison. Ce dernier sera corrigé dans une séance prochaine.

Exercice : Recopiez le texte en écrivant en rouge les subordonnées et en soulignant les outils de subordination. Donnez la classe grammaticale de ces outils.

Lunette, sur le point d’être brûlée, s’adresse à yvain.

« […] Demain je mourrai d’une mort honteuse, brûlée à cause de la haine qu’on vous porte.
_ Jamais, par Dieu, je ne permettrai qu’on vous fasse le moindre mal ! Tant que je serai vivant, vous ne mourrez pas ! Vous pouvez compter sur moi demain, car je mettrai ma vie en jeu pour vous libérer. Mais ne dites à personne qui je suis. Je veux que mon nom reste inconnu de tous. »

D’après Chrétien de Troyes, Yvain, Le chevalier au lion (vers 1170), adapté par A.-M. Cadot-Colin,    Librairie Générale Française (2006).


Correction :

 « […] Demain je mourrai d’une mort honteuse, brûlée à cause de la haine qu’on vous porte.
_ Jamais, par Dieu, je ne permettrai qu’on vous fasse le moindre mal ! Tant que je serai vivant, vous ne mourrez pas ! Vous pouvez compter sur moi demain, car je mettrai ma vie en jeu pour vous libérer. Mais ne dites à personne qui je suis. Je veux que mon nom reste inconnu de tous. »


Qu’ (que) : pronom relatif / qu’ (que) : conjonction de subordination/ tant que : conjonction de subordination/ qui : pronom interrogatif/ que : conjonction de subordination

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Fiche pédagogique paratexte l’étranger de Camus

Fiche pédagogique paratexte l’étranger de Camus Fiche pédagogique sur le paratexte d…