La phrase complexe la juxtaposition et la coordination fiche pédagogique de langue

La phrase complexe : La juxtaposition et la coordination


Il s’agit d’une fiche pédagogique destinée aux élèves de la 5e. Elle vise l’étude de la phrase simple et la phrase complexe, et de la juxtaposition et la coordination.

La phrase complexe la juxtaposition et la coordination fiche pédagogique de langue entête

Déroulement de la séance

Support :

a-Il part en vacances.

b-Il part en vacances : Il va passer une semaine à la montagne.

c-Il part en vacances, car il est très fatigué.

I.  Phase d’observation:

Après avoir noté les phrases ci-dessus sur le tableau, l’enseignant demande à ses élèves de les observer, ensuite, il leur pose les questions suivantes :

Q : Sachant que la proposition est un groupe de mots organisé autour d’un verbe conjugué, identifiez la phrase qui ne comporte qu’une seule proposition et celles qui en comportent plusieurs.
R : La phrase a est composée d’une seule proposition, alors que les phrases b et c sont composées de deux propositions.

 Q : Comment appelle-t-on les phrases composée d’une seule proposition et celles composées de plusieurs ?
R : Les phrases avec un seul verbe : Phrases simples
     Les phrases avec plusieurs verbes : Phrases complexes.

 Q : Dans les phrases b et c, quelle est la classe grammaticale des outils qui relient les deux propositions (en rouge) ?
R : Dans la phrase b, les deux parties de la phrase sont reliées par une ponctuation (les deux points). Dans la phrase c, les propositions sont reliées par une conjonction de coordination (car).

 Q : D’après les phrases b et c, citez deux manières avec lesquelles on peut former des phrases complexes.
R : D’après les phrases b et c, on peut former des phrases complexes en posant les propositions les unes à côté des autres tout en les séparant par un signe de ponctuation (La juxtaposition), ou en les reliant par un outil de coordination (La coordination)

 Q : Dans la phrase c, qu’exprime l’outil de coordination « car » ?
R : L’outil de coordination « car » exprime la cause.

 II.  Phase de conceptualisation:

Après avoir amené les élèves à observer les phrases et à répondre aux différentes questions contribuant à la compréhension du cours, l’enseignant demande  à ces dernies de formuler, d’une manière collective, une synthèse répondant aux questions suivantes :
-Quelle est la différence entre la phrase simple et la phrase complexe ?
-Quelles sont les manières avec lesquelles peut-on lier deux propositions dans une phrase complexe ?
-Quels sont les outils de liaison de deux propositions coordonnées ? Quelles valeurs pourraient-ils avoir ?

Ceci fait, l’enseignant note la leçon ci-dessous au tableau, et demande aux élèves de la noter sur leurs cahiers.

Leçon :

1-Proposition et phrase :

Une proposition est un groupe de mots organisé autour d’un verbe conjugué. Dans une phrase, il y a autant de propositions que de verbes conjugués.
Ex : Quand il neige, je roule avec prudence : (deux verbes conjugués = deux propositions)

2-La phrase simple :

Une phrase simple ne comporte qu’un seul verbe conjugué. Elle forme une proposition indépendante.

Ex : Je roule sur la neige prudemment.

3-La phrase complexe :

Une phrase complexe comporte plusieurs verbes conjugués, donc plusieurs propositions.

Ex : Quand il neige, je roule avec des pneus cloutés.

Trois procédés permettent de relier les propositions dans une phrase complexe : La juxtaposition, la coordination, et la subordination.

a- La juxtaposition :

Les propositions sont posées les unes à côté des autres et séparées par un signe de ponctuation (virgule, point-virgule, deux-points).

Aucun mot n’exprime la relation logique entre les deux propositions. C’est au lecteur ou à l’auditeur de la déduire du contexte (addition, succession, rapport de cause à conséquence, opposition, simultanéité)

Ex : Il neige, je roule avec des pneus cloutés : (rapport de cause à conséquence)

b- La coordination :

Les propositions sont reliées par un outil de coordination : Une conjonction de coordination (mais, ou, et, donc, or, ni, car) ou un adverbe de liaison (puis, ensuite, cependant…)

Ex : Il neige, je roule avec des pneus cloutés.

Les principaux emplois des outils de coordination sont :

-L’addition : (et, ne…ni, de plus…) ; Ex : Il court et il nage souvent.

-L’alternative : (ou…) ; Ex : Vous sortez ou cela va mal finir.

-La succession : (et, puis, ensuite…) ; Ex : Il souffla, grogna, puis partit.

-L’opposition : (mais, or, pourtant…) ; Ex : J’ai raison, mais on ne me croit pas.

-La cause : (car, en effet…) ; Ex : Il est en nage, car il vient de courir.

-La conséquence : (donc, par conséquent…) ; Ex : Il pleut, donc je ne sors pas.

 


III.  Phase d’application :

Après que les élèves aient noté la leçon sur leurs cahiers, l’enseignant leur demande de faire, de manière collective, les exercices suivants :

Exercice 1 : Dites si les phrases suivantes sont simples ou complexes.

a-La grêle a abîmé tout le champ de blé. Phrase simple
b- Il dit que nous serons bientôt arrivés. Phrase complexe
c- Quand tu arriveras, téléphone-moi. Phrase complexe
d- Elle parle trop fort. Phrase simple
e-Elle sort, attrape son métro et arrive au bureau. Phrase complexe
f- Et surtout, prends ton temps ! Phrase simple

Exercice 2 : Pour chaque phrase, délimitez les propositions et dites si elles sont juxtaposées ou coordonnées. Précisez l’outil de liaison.

a-Ivan descendit de son cheval, /car son adversaire était à terre. (Propositions coordonnées)
b- Au Moyen Âge, les ponts étaient très rares/ : on traversait les rivières à gué. (Propositions juxtaposées)
c- Les armures étaient très lourdes, / donc les chevaliers se déplaçaient lentement. (Propositions coordonnées)
d- Ivan arriva à la cour/, il raconta ses aventures. (Propositions juxtaposées)

Les propositions sont délimitées par un trait (/). L’outil de liaison est en bleu.

Exercice 3 : Rétablissez la ponctuation dans les phrases complexes en suivant les indications entre parenthèses.

a-Les comédiens finissent de jouer le rideau tombe se relève la troupe salue le public. (1 point-virgule, 2 virgules)
Les comédiens finissent de jouer ; le rideau tombe, se relève, la troupe salue le public


b- La fête au château s’annonce magnifique les dames sont belles et élégantes les chevaliers sont prêts pour le tournoi. (1 deux-points, 1 virgule)
La fête au château s’annonce magnifique : les dames sont belles et élégantes, les chevaliers sont prêts pour le tournoi.


c- Le lion avance vers nous rugit s’éloigne enfin. (2 virgules)
Le lion avance vers nous, rugit, s’éloigne enfin.

d- La nuit arriva le chevalier ne dormait pas il était en proie à de grands tourments. (1 virgule, 1 deux-points)
La nuit arriva, le chevalier ne dormait pas : il était en proie à de grands tourments.

Exercice 4 : Remplacez les pointillés par l’outil de coordination qui convient et identifiez sa valeur.

a-Ma  voiture est vieille, mais elle est toujours en bon état. Opposition
b- Il est arrivé dernier car son pneu a crevé. Cause
c- Le navire quitta le quai, s’éloigna, et se dirigea vers le large. Addition
d- Il est petit mais au basket il faut être grand : l’entraîneur ne le sélectionnera donc pas. (Mais=opposition/ donc= conséquence)
e-Mon fils va entrer CP, il ne lit ni n’écrit encore. Addition

IV.  Phase de prolongement :

L’enseignant demande aux élèves de faire l’exercice suivant à la maison. Ce dernier sera corrigé dans une séance prochaine.

Exercice : Pour chaque phrase de ce texte, délimitez les propositions. Précisez si elles sont juxtaposées ou coordonnées et quel est l’outil de liaison et sa valeur.

Tristan a été blessé par une lance empoisonnée.

Il revint à grand’peine jusqu’au château de Carhaix et fit appareiller1 ses plaies. Les médecins vinrent en nombre, mais nul ne sut le guérir du venin, car ils ne le découvrirent même pas. Ils ne surent faire aucun 
emplâtre2 pour attirer le poison au dehors ; vainement ils battent et broient leurs racines, cueillent des herbes, composent des breuvages : Tristan ne fait qu’empirer, le venin s’épand3 par son corps, il blêmit et ses os commencent à se découvrir.

Le Roman de Tristan et Iseut (XIIe siècle), adapté par J. Bédier (1900).

 1-appareiller : Panser soigner
2- emplâtre : pommade
3-s’épand : se répand


Correction : Les propositions sont délimitées par un trait (/). L’outil de liaison est en bleu.

-Il revint à grand’peine jusqu’au château de Carhaix/ et fit appareiller ses plaies. 2 propositions indépendantes  coordonnées par la conjonction de coordination « et » (addition)
-Les médecins vinrent en nombre, /mais nul ne sut le guérir du venin, /car ils ne le découvrirent même pas. 3 propositions indépendantes : 1ère et 2ème coordonnées par la conjonction de coordination « mais » (opposition) ; 2ème et 3ème coordonnées par la conjonction de coordination « car » (cause).
-Ils ne surent faire aucun 
emplâtre pour attirer le poison au dehors ; /vainement ils battent) /et broient leurs racines, /cueillent des herbes, /composent des breuvages/ : Tristan ne fait qu’empirer, / le venin s’épand par son corps, /il blêmit /et ses os commencent à se découvrir. 9 propositions indépendantes : 1ère et 2ème juxtaposées par un point-virgule ; 2ème et 3ème coordonnées par la conjonction de coordination « et » (addition) ; 3ème, 4ème et 5ème juxtaposées par deux virgules ; 6ème juxtaposée aux précédentes par deux-points (explication) ; 6ème, 7ème et 8ème juxtaposées par deux virgules ; 9ème coordonnée à la 8ème par la conjonction de coordination « et » (addition)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Fiche pédagogique paratexte l’étranger de Camus

Fiche pédagogique paratexte l’étranger de Camus Fiche pédagogique sur le paratexte d…