Fiche pédagogique sur la Tragédie Moderne pour la Contextuation de l’oeuvre Antigone


La Fiche pédagogique sur la Tragédie Moderne fait partie de  la séquence préliminaire du projet pédagogique “Jean Anouilh,Antigone” réalisé par OUKHADJA Intissar, lauréate de l’école normale supérieure de Casablanca. Cette fiche pédagogique vise la présentation de tragédie moderne pour une classe de 1ère année baccalauréat du lycée marocain.


Déroulement de la séance :

L’enseignant aurait donné le travail au préalable

Il entame l’activité et explique qu’il s’agit d’un exposé qui porte sur la  tragédie classique.

Il donne la parole aux exposants et demandent aux autres élèves de prendre notes au fur et à mesure.

Plan de l’exposé :

  I. Histoire de la tragédie classique

 II.     Définition

III.     Les caractéristiques de la tragédie classique.

 IV.     Le héros tragique

 V.     La structure dramatique

VI.     La tragédie moderne

 

De la tragédie classique à la tragédie moderne

La tragédie classique :

      I.            L’histoire de la tragédie classique :

     La tragédie est née dans l’Antiquité en Grèce. Elle permet de divertir les spectateurs lors des fêtes organisées en l’honneur du dieu Dionysos, mais aussi de réfléchir à différents problèmes liés à la Cité. Le thème de la fatalité y est essentiel.  Sophocle, grand auteur dramatique grec est l’un des plus célèbres représentants du genre.

   II.            Définition de la tragédie :

      La tragédie classique est un récit théâtral, né au XVIIème siècle. C’est un récit caractérisé par des personnages nobles, des héros ayant accompli d’exploits mythiques. Il est écrit en alexandrin. La mort effective ou symbolique  apparaît au dénouement.

Fiche pédagogique Tragédie Moderne

III.   Caractéristiques de la tragédie :

La règle des trois unités :

ü L’unité du temps : la durée de l’histoire ne doit pas dépasser 24 heures. L’idéal est que la durée de l’histoire coïncide avec la durée du spectacle (3 heures environ) mais comme c’était rarement réalisable, on admettait qu’elle s’étende sur une journée. Au-delà, le décalage était trop grand et devenait préjudiciable à la vraisemblance.

ü L’unité du lieu : le lieu devait être un lieu unique durant toute la pièce (pas de changements de lieu, donc pas d changements de décors). Les auteurs tragiques situent donc leur histoire dans un lieu qui peut être traversé par n’importe qui (le Roi mais aussi les valets, les confidents…) : il s’agit souvent de manière générale du palais ou de l’antichambre.

ü L’unité d’action : elle n’est pas synonyme d’action simple mais implique que tous les fils de l’intrigue soient fortement tissés et que toute action (ou parole) d’un personnage ait une conséquence sur les autres. C’est donc un principe de cohérence : rien n’est gratuit, rien n’est superflu.

ü La règle de la bienséance : Le souci de plaire est au cœur de l’esthétique classique : l’auteur se veut donc en harmonie avec la morale et les goûts de son public de manière à rencontrer son adhésion. La personne royale est, bien entendu, l’arbitre suprême du bon goût. S’instaure dès lors une règle tacite : celle des bienséances (= conduites en accord avec les usages).

ü La vraisemblance : cette règle de vraisemblance est censée donner au texte une impression que ce qui se passe dans le texte aurait pu se produire dans la vie de tous les jours ce qui permet au spectateur de mieux se projeter à la place des personnages et peut-être de mieux comprendre leurs réactions, leurs gestes et leurs pensées. Cette règle a donc pour but de rendre plus réaliste les actions des récits pour les spectateurs.

 

 -Le héros tragique :

    À  la mesure de sa situation hors norme, le héros tragique, en résonance avec le public aristocratique du XVIIe siècle, est toujours d’une condition illustre (rang social, rôle politique, mythologique ou biblique prestigieux). Les devoirs de l’héroïsme font sa grandeur intérieure : déchiré entre le sublime et l’humain, le héros est impliqué, par le souci de sa « gloire » et de « ses passions », dans des conflits qui l’opposent soit aux autres (Auguste à Cinna dans la tragédie de Corneille), soit à lui-même (Titus dans Bérénice de Racine). « Ni tout à fait bon, ni tout à fait mauvais », le héros est capable d’erreurs, et néanmoins digne de

IV.            – Structure dramatique (3 moments)

·         Exposition

·         Nœud

·         Dénouement

Exposition::

 

      La 1ère scène a pour rôle de présenter les personnages et leurs relations, d’inscrire les actions dans un cadre spatiotemporel donné, de citer l’intrigue et même parfois son dénouement. Elle est prise en charge soit par un personnage seul qui fait un monologue ou par plusieurs personnages dans le cadre d’un dialogue.

 

Le nœud :

         Au centre de la pièce un problème se présente ; la situation se noue, une crise surgit et se complique que le héros ou l’héroïne doivent affronter et chercher à dépasser, à ce moment-là, on peut assister à un rebondissement ou à un coup de théâtre qui fait basculer ou changer le cours des événements.

 

Le dénouement :

        Il correspond à la résolution de tous les problèmes, au franchissement de tous les obstacles et au dépassement de toutes les crises.

 

Thèmes : la mort, le pouvoir, la guerre, la folie, l’héroïsme, l’honneur, l’amour, la fatalité, l’homme face à son destin, un héros en prise avec son destin auquel il ne peut échapper.

 

Fiche pédagogique Tragédie Moderne :

   Au XXème siècle, le théâtre évolue vers une conception moderne en se libérant des contraintes classiques, en recourant à la fantaisie et en mélangeant les genres et les registres.

   Ainsi Cocteau, la Machine infernale(1934);Giraudoux, Electre(1937);Anouilh, Antigone(1942), récrivent des mythes antiques de manière à les adapter au contexte historique contemporain.

     Les auteurs du XXème siècle reprennent à nouveau les mythes grecs en les adaptant généralement à leur époque. Ils provoquent ainsi la surprise grâce au décalage entre des sujets tirés de l’Antiquité et des personnages qui nous semblent souvent contemporains et montrent que les grands mythes antiques sont intemporels et qu’ils permettent de réfléchir à des questions très actuelles ; Antigone de jean Anouilh évoque de façon ambigüe l’occupation allemande et la résistance. Les dramaturges cherchent à exprimer le tragique de la condition humaine au XX siècle marqué par les deux guerres mondiales mais également les aspirations de l’Homme ; dans un monde tellement instable ils vont puiser aux sources antiques pour les adapter au monde moderne, montrant ainsi que les grandes interrogations de l’Homme sont finalement toujours les mêmes.

·         Exemple: Antigone de Jean Anouilh

   La pièce de Jean Anouilh se démarque de la tragédie classique car elle ne respecte pas certaines règles :

 

Tragédie classique

Tragédie de Jean Anouilh

division en 3 ou 5 actes

Aucun acte

écrite en vers

écrite en prose

Personnages nobles

Personnages nobles + gardes et nourrice

Unité de ton

Mélange des genres

Niveau de langue soutenu, littéraire

Niveau de langue courant et familier

Les élèves auraient pris notes des exposés 

Consultez également Notre Fiche pédagogique sur Le Paratexte de l’oeuvre Antigone.

Ou Notre Fiche pédagogique de Lecture de l’oeuvre Antigone.

fiche pédagogique tragédie moderne Gratuite à télécharger en format PDF imprimable sur notre page de téléchargements.

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La conception pédagogique du Béhaviorisme de Skinner

La conception Pédagogique du Béhaviorisme de Skinner Le Béhaviorisme fondé par Skinner est…