théories apprentissage cognitivisme.PNG

 Théories d’apprentissage : Le cognitivisme

Le cognitivisme est un courant de la psychologie qui se s’intéresse à l’étude de la cognition, et à la façon dont le cerveau traite la connaissance. Elle étudie les mécanismes du développement de la connaissance, ainsi que son stockage, et son organisation dans le cerveau.

 Selon le cognitivisme, connaître est tâche complexe qui implique plusieurs opérations, telle que stoker, reconnaître, comprendre, organiser, et utiliser l’information reçue par les sens. Ce courant cherche à répondre à la question suivante :

-Comment est-ce que l’esprit l’humain comprend et perçoit la réalité qui l’entoure sur la base de transformations sensorielles ?

La mémoire :

La mémoire tient une grande importance dans le courant cognitiviste en vertu du rôle qu’elle joue dans le stockage des informations. Le courant cognitiviste s’intéressant aux modes d traitement de l’information va s’intéresser au fonctionnement de la mémoire.

La mémoire est la faculté de l’esprit d’enregistrer, conserver et rappeler les expériences passées. Son investigation est réalisée par différentes disciplines: la psychologie cognitive, neuropsychologie et psychanalyse.

Les types de mémoires :

       -La mémoire sensorielle : Il s’agit du système qui garde pendant un très court laps de temps l’information sensorielle, cette dernière est enregistrée par les cinq sens (les sons, les images, les odeurs). En littérature on parle de la madeleine de Proust.

       -Mémoire à court terme (mémoire de travail):  Ellecontient un nombre limité d’éléments stockés pendant quelques secondes (le fait de se rappeler des numéros de téléphone, les calculs mentaux…). Elle se caractérise par sa capacité réduite de stockage. 

      -Mémoire à long terme: Cette mémoire a une grande capacité de stocker, c’est elle qui nous permet de stocker les souvenirs et de s’en rappeler après un longue durée.

Cognitivisme et apprentissage ?

 -Qu’est-ce qu’apprendre selon le cognitivisme ?

Jacques Tardif (1992) présente les principes du cognitivisme comme suit :

L’apprentissage est un processus actif et constructif : contrairement au courant, béhavioriste qui considère l’élève comme étant une boîte noire, l’élève est au cœur de l’apprentissage. Il doit être actif et conscient de tout ce qui l’entoure ainsi que de sa façon d’apprendre. La construction des connaissances se fait par lui-même.

Les connaissances antérieures exercent un rôle primordial dans l’apprentissage et les connaissances sont essentiellement cumulatives :

Ce principe souligne l’importance des connaissances antérieures stockées dans la mémoire à long terme  dans l’installation des nouvelles connaissances. Ainsi, Jacques Tardif affirme : « « L’apprentissage est l’établissement de liens entre les nouvelles informations et les connaissances antérieures. ». L’apprentissage est donc l’accumulation des connaissances d’une situation d’apprentissage à l’autre. Les informations anciennes se lient aux nouvelles pour former une base de données de connaissances stockées dans la mémoire de l’apprenant.

 –L’apprentissage signifiant est étroitement lié à la représentation et à l’organisation des connaissances : Le cognitivisme accorde une grande importance à l’organisation des connaissances dans le cerveau de l’apprenant rien ne doit être anarchique ni aléatoire. Une bonne structure cognitive de l’apprenant aide à avoir un apprentissage stratégique et par conséquence efficace.

 –L’apprentissage est fondamentalement l’acquisition d’un répertoire de connaissances et de stratégies cognitives et métacognitives : Dans ce sens, l’élève doit être conscient de ses propres stratégies d’apprentissage qui lui permettront d’accéder au stade de l’apprentissage autonome. Le système cognitif de l’élève doit comporter des connaissances statiques, dynamiques et des stratégies cognitives et métacognitives qui lui permettent de réfléchir sur sa façon d’apprendre. 

-Il existe des catégories de connaissances : Les connaissances déclaratives, les connaissances procédurales et les connaissances conditionnelles.
Les connaissances déclaratives : La connaissance déclarative correspond au savoir qu’un individu est capable d’énoncer concernant ses connaissances procédurales. Cette connaissance correspond à des connaissances théoriques et générales.

Les  connaissances procédurales : Elles concernent la réalisation concrète d’une action, les procédures à suivre.

Les  connaissances conditionnelles : Aussi appelée « connaissances stratégiques », concernent le moment ou le contexte dans lequel une procédure peut être effectuée. Pour développer des connaissances des connaissances conditionnelles, l’apprenant doit être dans des situations où il a le choix de la procédure à adopter.

Le rôle de l’enseignant au sein du cognitivisme :

Selon le courant cognitiviste, l’enseignant est amené à :

– Connaître les programmes,   et les différents types de connaissances (procédurales, déclarative…) qu’il vent transmettre à ses élèves.

– Connaître le profil de chacun de ses élèves, leurs manières d’apprendre, les composantes affectives, et cognitives.

– Prendre en considération l’importance du travail du tissage, c’est-à-dire établir des connexions entre les connaissances préalables des élèves et les connaissances nouvelles à installer.

-Présenter les connaissances de façon hiérarchisée et organisée.

-Ne pas enseigner des connaissances isolées mais des connaissances structurées. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Fiche pédagogique: Lamartine, Le lac

Fiche pédagogique d’activité de lecture: Lamartine, Le lac. Il s’agit d’…